août 8, 2020

Surcomplémentaire santé : Toutes les questions abordées

Avec la pluralité des offres sur le marché et les exigences réglementaires, le client se perd dans son choix d’assurance santé, d’où l’intérêt de découvrir les points importants de la surcomplémentaire santé un à un.

Réponses aux questions sur la surcomplémentaire santé

La couverture médicale et le remboursement des débours d’ordre sanitaire font toujours grimper les factures. Si la sécurité sociale et la complémentaire habituelles n’arrivent pas à garantir l’ensemble des dépenses, il a paru utile de mettre en place une troisième ligne. Cette digue de protection se traduit par la surcomplémentaire. Avant de souscrire à cette nouvelle offre, nous répondons aux questions qui reviennent souvent.

Qu’est-ce qu’une surcomplémentaire santé ?

Cette catégorie d’assurance santé garantit la prise en charge des frais de soins que le patient doit encore rembourser malgré la mise en jeu des couvertures obligatoires. Avant de s’inscrire à une surcomplémentaire santé, il est crucial de déterminer à l’avance le plafond des autres garanties.

Qui bénéficie de cette nouvelle offre ?

La surcomplémentaire santé varie selon l’assureur choisi s’il va l’étendre:

  • à une seule personne
  • à plusieurs.

En principe, les bénéficiaires de cette prestation est l’adhérent, son conjoint sauf disposition contraire, ainsi que ses enfants. Dans certaines situations, le souscripteur peut opter pour une personne de son choix pour en tirer avantage.

Qui sont les individus éligibles ?

La surcomplémentaire santé ne se limite pas à une catégorie d’âge déterminée. En effet, il peut ouvrir une offre au nom d’une mineure, mais sous l’avis de ses parents. En général, les enfants ne dépensent pas leur propre fonds pour subvenir aux frais médicaux. Mais les personnes qui ont l’autorité peuvent l’y inscrire afin qu’elle en bénéficie.

Le second point à souligner est le caractère solidaire de cette offre, selon les compagnies peut conférer une sécurisation, à un souscripteur muni d’un dossier médical ou non. Cependant, le coût devra varier en fonction des risques à couvrir.

Quelle est l’étendue du cautionnement de cette assurance ?

La surcomplémentaire santé couvre les domaines déjà prévus par la mutuelle habituelle telle que la maternité, l’optique, les excédants d’honoraire, le prix de l’hospitalisation les prothèses dentaires. Pour ces cas, la surcomplémentaire santé n’entre en jeux qu’une fois toutes les conditions remplies, soit l’acquittement de tous les paiements préalables, par les premières assurances. Le montant du remboursement dépasse largement celui des deux premières. En conséquence, elle ne laisse qu’une partie minime à payer par le client.

Quel est son mode de fonctionnement ?

Comme toute assurance, la surcomplémentaire santé s’alimente des cotisations de l’assuré. Celles-ci se versent mensuellement, trimestriellement voire annuellement. Par ailleurs, à l’instar des contrats habituels, ils peuvent être résiliés à n’importe quelle date, suite à la réforme législative. Pour le délai de carence, il peut atteindre douze mois or, cette durée joue un rôle déterminant et elle varie selon les assureurs.

D’autre part, pour bénéficier de la garantie, il n’est pas requis, que ce soit le même établissement qui s’occupe de la surcomplémentaire et de la mutuelle.

Les offres existantes à l’heure actuelle, différencient la surcomplémentaire santé collective et individuelle. La première catégorie est propre à une entreprise et à l’initiative de l’employeur, mais dont les cotisations sont en intégralité à la charge du salarié.

L’assurance en question sera valable pour l’ensemble du personnel. La seconde quant à elle, n’est pas proposée par l’employeur. Il appartient au collaborateur d’y souscrire et de se rapprocher de la compagnie. Les primes seront toujours supportées par le préposé, et le contrat n’aura aucun lien avec l’entreprise qui l’a engagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *